défis

Dans ma cage, les organes vitaux dérivent en plein chagrin. C'est rendu pour moi une humeur commune. Je suis une pleureuse, une stupide pleureuse.

Et ça n'a aucun sens. J'ai envie d'exploser, de crier que je t'aime et que je veux que tu reviennes, j'ai envie que tu t'attendrisses, que tu redeviennes normal, présent, aimant, amoureux comme tu l'es dans le fond de ton coeur espèce de personnage improbe!

Avant d'exploser, je vais approcher une dame que je connais un peu. Je suis curieuse de savoir son point de vue sur ma situation. Elle est naturopathe-experte en communication. Elle est bien articulée, dynamique, un coup de vent sur deux pattes, une enregistreuse qui sait apprendre des phrases par coeur et les répéter sans jamais changer l'ordre des mots, maintes et maintes fois le soir devant des groupes de parents perdus, des gens cherchant la recette miracle pour avoir une vie de famille harmonieuse 24/24. Je ne sais pas ce qu'elle m'apportera mais j'estime qu'elle pourrait être capable de me diriger dans mes actions afin d'être plus sereine avec cette difficile situation dans laquelle je suis.

Elle travaille de chez elle entre des rencontres de couples ou de parents.

Ce n'est pas tout... Elle est aussi ta collègue de travail. J'ai l'impression de jouer avec le danger. Je suis là, devant elle comme si je tenais entre mes mains une mêche menant à un bâton de dynamite. Je saurais allumer la mèche pour que l'effet domino menant à l'explosif s'active et qu'il éclate tout ton univers.

C'est parfait comme set-up!  Je ferai d'elle ma confidente et ma guide. C'est décidé! Je me retrouverai à un degré de toi.

 

"Patron, je prendrai quelques temps occasionnellement pour des rendez-vous personnels."

J'ai son absolution complète, paraissant plus que quiconque entièrement dédiée au travail (ironique quand même)!

 

Je suis entrée dans son garage, ai attendu dans un pseudo-portique-salle-d'attente que la personne avant moi sorte du bureau pour m'y présenter. Elle m'a montré un résumé de son engagement et de la confidentialité de nos discussions et m'a invitée à prendre place sur le canapé. Set-up de bureau de psy, elle prend place devant moi, sur une chaise.

Je lui dit : "Non mais ne restez pas là!"  Pour rendre l'exercice plus sympatique, je l'invite à s'asseoir en pointant l'autre coin du canapé. (Je ne suis pas malade, je veux juste discuter.)  Elle se déplace.

Puis, elle m'a écouté lui expliquer que j'avais quelqu'un dans ma vie... (Je retire un certain plaisir de parler de toi à cette dame qui te rencontre chaque semaine au travail.) Elle n'a aucune idée de qui ça peut être et je ne te nomme pas. Professionnelle, elle ne cherche pas à connaître ton nom et je me retiens de dévoiler tout indice qui lui permettrait de t'identifier. C'est que dans le fin fond de mon coeur, je t'aime sincèrement. Elle te surnomme "Le fantôme"; oui, ça me convient. Dans son bureau, tu n'es pas mon B-Mec, mon Amour, My Babe, tu es "le fantôme".

Moi, la dame mariée, j'ai dévié. Tandis qu'elle, la dame divorcée et remariée, elle connaît la solution et me lance trois défis à réaliser d'ici notre prochaine rencontre. Parce que se séparer et divorcer, même si elle a bien réussi, ce n'est pas facile pour personne. Voici donc ce qu'elle me demande de faire :

1. Boucler "le fantôme"

2. Écrire une carte d'amour à mon conjoint(-coloc)

3. Faire des actions aimantes auprès de mon conjoint(-coloc)

Je lui demande de m'écrire les défis qu'elle me lance car je suis incapable de retenir quoi que ce soit. Comme toujours, j'ai en tête mon Babe de mec et si j'ai une quelconque petite place de libre, je la garde bien raisonnablement pour me souvenir que j'ai des enfants, mon adresse et les fonctions auxquelles je suis attitrée au travail. Si vous me lancez des défis, écrivez-les car je n'ai aucune capacité mnémonique. Elle écrit mes trois défis sur une page blanche et me tend a feuille.

Je paye, la remercie et je sors.

 

 

Bien voyons donc!

Sa montagne de défis me semble insurmontable. Elle n'a rien compris. Pour réussir ce tour de force, je devrai me dénaturer, piler sur mon intégrité, jouer la comédie. Elle ne me connaît pas, je suis intègre, terre-à-terre, honnête, fidèle à moi-même et à l'amour que je te porte, je n'ai rien d'une artiste ou d'une imposteure!

Pleine de bonnes intentions et ne voulant dénigrer trop rapidement ses conseils (elle a peut-être raison dans le fond, je devrai y réfléchir), je plie la note de défis extrêmes et la glisse dans une pochette au fond de mon sac à main.

 

Je suis allée la rencontrer une deuxième fois. Je n'avais atteint aucun de ses défis. Elle m'a donné un E. Je l'ai écouté, je n'ai presque pas parlé. Je ne me souviens plus des sujets mais je crois qu'elle a davantage parlé d'elle que j'ai parlé de moi. Je lui ai fait un chèque, lui ai demandé de noter dans mon dossier que la prochaine fois, j'aimerais qu'on aborde la colère que je ressens et que je refoule au fond de moi et j'ai quitté.

Pour de bon.

Je n'y ai plus jamais mis les pieds.

 

La liste des défis insurmontables est usée, tachée, déchirée, elle se décompose lentement mais sûrement au fond de mon sac à main. Un jour, elle disparaîtra peut-être, comme ça, comme un mini-explosif qui ne se rendra jamais à toi.

 

Pouf.

 

Sans même que je ne m'en rende compte, peut-être, elle deviendra poussière.