image (Ocytocine)

Regarde-moi.

Regarde-toi.

La chimie entre nous. Tes gènes, mes gènes.

Elles en sont où tes molécules? Elle en dit quoi ton éducation?

Ta tête qui me disait que tu ne voulais pas d'une aventure... Nos débordements de dopamine et d'ocytocine... L'ocytocine, cette molécule cérébrale qui nous lie d'un amour romantique... Puis ma dopamine, puis ta dopamine qui elle, semble prendre le dessus... Et tes émotions... Ton coeur dans tout ça? C'est le chaos partout dans ton body Babe? Tu te croyais envahi d'ocytocine tandis que tu débordais de dopamine?

Dans le mien, mes émotions sont bien équilibrées, bien ordonnées mais elles s'enlisent dans le désordre qui m'entoure. Il n'y a plus rien qui s'harmonise entre toi et moi sauf mon coeur, ma tête, mon ventre. Entre eux trois, tout est harmonieux envers toi, à ce point que mes sens en sont tous exacerbés.

La concentration des récepteurs sensoriels partout sur ma peau est en pleine accroissement de sorte qu'elle s'apparente maintenant à celles de mes lèvres. Je peux pointer au millimètre près chaque pore de peau qui reçoit des gouttelettes d'eau sous la douche. Je suis hypersensible aux températures. Mes sens sont à fleur de peau. Je sens battre mon coeur à travers mes côtes. Par moments, ma respiration agit comme un régulateur auprès de lui.

Mon odorat est plus fin que jamais. J'ai une mémoire quasi infaillible pour tout ce qui te concerne, comme si mon cerveau s'étendait à l'ensemble de mon corps. J'entends tout ce qui te concerne même si lesdits propos ne me sont pas adressés. J'ai 20 ans de moins. 

Tu me fais un bien fou! Le coeur commun n'a plus sa place dans la représentation de mon amour pour toi... Il s'affine, se raffine, prend l'allure d'un bijou complexe... Je t'adore, je t'admire, je t'aime grand comme le monde et même plus puisque mes phéromones forment un nuage tout autour de moi et qu'elles se dispersent emportées par les vents. Et elles m'emportent, elles m'emportent aussi... Elles meurent. Elles meurent comme ça, d'épuisement ou par privation de stimulations somestésiques. C'est pareil pour moi.

Je vois mon corps comme si ce n'était pas le mien, c'est pas le mien que je traîne et que je touche. Fais-en ce que tu veux. Il n'a rien perdu de sa sensibilité. Il pleure tout le temps. Et puis? Avec toi dans mon intérieur, je suis sourde et aveugle à ce qui m'entoure. La langue tatouée, je suis en tout temps réservée. Ma sensibilité ne m'appartient plus. 

 

C'est beau l'amour, même quand il nous quitte. Laisse-moi notre chimie...

 

"Qu'est-ce que tu veux Sexybabe?"

"Tu me manques, j'en veux plus, Babe."

Ta bouche : "Ok". Ta tête : ("Tu veux revenir à la maison?")...

 

Tu m'as fait exploser en refermant la porte.

 

Ton coeur est mort, j'en perds mes sens.

 

Des molécules dissociées retombent en atomes qui s'éparpillent.