image

Je n'en peux plus, je m'ennuie de toi beaucoup, beaucoup. J'insiste pour te voir... Je te texte : "On se voit today?"

Tu me réponds :

"xxx"

...comme dans "oui" peut-être?

Je n'ai plus une seule goutte de rationnel. Je suis entièrement, constamment guidée par la passion. Je me prépare rapidement et boucle la ceinture, direction nord. Cet amour plus fort que tout que tu as pour moi, toute l'attention que tu me portes, tes mots doux... Puisque comme moi tu es sincère et intègre, tu seras heureux de me voir un petit moment!

Arrivée près de ton lieu de travail, je te texte : "Je suis là, tout près, sur la rue. Tu passes me voir?"

"T'es là? Pour vrai?" (Et là, je te donne le nom de la rue sur laquelle je me trouve, soit la rue juste à côté de celle où tu travailles depuis quelques années mais étonnamment, tu ne sais pas de quelle rue il sagit alors je t'explique.)

"J'arrive"

La claque...

Tu prends place sur le siège passager, on parle de course à pied. Dans ma tête vide, je n'ai rien à dire. Tout ce que je veux à ce moment-là, c'est de me retrouver à tes côtés. J'ai envie que tu me racontes ta vie, j'ai besoin de respirer ton souffle. Je ne sais plus si on s'est embrassé ni même si j'ai touché ta main mais je me souviens d'en avoir eu envie et ce n'était pas simplement pour le plaisir. Cette envie-là, elle est forte et profonde, my Love...

"Non."

"Attends, reviens!"

T'as claqué la portière puis t'es parti en marche rapide.

J'ai avancé mon véhicule jusqu'au prochain coin de rue et, la tête qui ne comprend rien à tes agissements, trop affectée pour conduire, je l'ai immobilisé un moment. Je t'ai écrit que j'étais heureuse de t'avoir vu. Je ne me souviens plus de la suite. Je suis repartie direction sud, les yeux humides en me répétant que je suis forte comme tu le veux bien et que ça passera.

Je me demande ce que j'ai fait.

Je me demande ce que je n'ai pas fait.

Je suis entrée chez moi pour fondre en larmes.

J'ai quelque chose qui me serre en permanence juste là, dans la poitrine

Et qui me frappe la tête et qui me frappe le ventre à le défoncer

Et deviens aveugle, et je deviens sourde...