image

Tu es le pire ennemi de ton coeur. Tu ne l'écoutes pas, tu lui mens, tu lui tournes le dos.

Mais il est là et te rappelle à l'ordre parfois. Il te fouette ou te transforme en girouette.

Il est plus fort que toi...

 

6 jours ont passés puis le lendemain de ton 43e, tu me réclames.

"Tu es libre quand la grosse?"

... Et moi pâmée finie de toi, Babe, priorité numéro 1 de ma vie, comme si rien n'existait autour de nous, parce que dans notre cage de verre, il n'y a que nous, je vis de nouveau l'extase en te lisant. Je rougis.

(Je suis libre quand? Je suis toujours libre! Je me fous de mon allure, je me fous de mon entourage, de la vaisselle, du boulot, du temps qu'il fait, de tout, de tout, de TOUT... quand c'est pour toi, pour nous.)

"Aujourd'hui Babe xxxxxx..."

"Oh yes tite coquine que je mangerais"

Jamais on ne m'a parlé ainsi. Jamais je n'ai vu des gens se faire parler ainsi. (Je trouverais ça ridicule.) Mais je suis amoureuse jusqu'au bout des ongles et tu m'invites. Tu m'aimes aussi et ces paroles n'ont rien de stupide, elles sont naturellement permises entre nous. C'est ainsi que ça se passe entre amoureux finis, comme toi et moi. Personne n'a le droit de me parler ainsi, sur une note à ce point vulgaire. Personne, sous peine de revirement certain mais de toi, en douce comme ça sur texto, tout t'est permis car ça nous appartient. Nous sommes dans un contexte amoureux et sommes très intimement liés.

Je me sens désirée quand tu me parles ainsi ou que tu m'écris de tels propos. Profondément désirée. Rien de moins.

Tu es un homme bien, qui laisse parler son coeur quand tu me textes sur ce ton. Tu laisses parler ton coeur. Rien de moins.

 

Je suis sur un nuage. Dans la voiture, je te serre dans mes bras, tu me caresses partout, je t'embrasse, le temps s'arrête. C'est ainsi que je nous aime. Quand on se rejoint, tout s'harmonise. Le bien que ça nous fait de se parler, de s'écouter, d'être ensemble, les papillons, tes yeux dans les miens, ton souffle récupéré, mes doigts enlacés aux tiens, ton odeur, la mienne... Je coupe le fil du temps.

 

Puis tu me rappelles que l'on ne pourra plus se voir comme avant.

J'ai compris, je serai forte. Il y a des gens qui se séparent parce qu'ils n'ont pas le choix, non pas parce qu'ils le désirent. Nous faisons partie de ce lot.

(Mais ne me quitte pas Babe. Ne me quitte pas je t'en supplie.)

"Je serai forte"

"Forte oui xxx merci d'être venue me voir Babe"

 

Je suis démolie. Je ne reçois qu'un bec au cube via texto. Tu me jettes par la fenêtre en me demandant d'être forte.

J'étais belle

J'étais grande

J'étais au sommet de mon estime de soi

Je ne suis plus rien que moi

Incomplète - sans toi.

 

Mais c'est parce qu'on n'a pas le choix pour le moment.

Je t'attendrai My Love. Toute ma vie. Prenons le temps qu'il faut.

 

Je suis partie. Brisée. Mais ce n'est que temporaire. Ça ira. J'ai confiance en toi, en nous.

L'amour est plus fort que tout et le nôtre est invincible car il est fort, il est fort notre amour.

 

Plus fort que moi.