image

Je me sens intime avec toi Babe et ce sentiment d'intimité atteint le noyau de chacune de mes cellules. Tu es mon confident, mon Amour, mon âme soeur. Tu le sais, tu le vois, tu es amoureux aussi, tout autant. Tu me rappelles que je peux me confier à toi, tout reste entre nous. Tu me dis que ta conjointe n'est pas ta confidente et que tu n'as pas d'amis proches. Moi! Moi, c'est mon rôle. Tu peux te confier à moi, je le suis moi, ta confidente et ta meilleure amie, ton amoureuse, ta blonde, ta Babe, Babybelle, Babybabe, ta fleur sauvage, ta chérie...

Tu es toujours là pour moi. Je suis toujours là pour toi. C'est naturel, toi et moi, on se complète.

Tu as fait attendre un enfant malade à l'école parce qu'on passait un moment ensemble. J'ai pris congé du travail des dizaines de fois pour te voir.

Ce soir-là, ta conjointe et toi vous êtes chicanés. Une histoire de fin de journée trop tardive à son goût, les enfants dans la voiture, l'histoire d'une crème glacée de soirée d'été qui au final n'a plus de goût. "Mauvais père" t'a-t-elle dit! Oups! Pas d'accord. La maman est au bout du rouleau. Le papa n'en peut plus. Tu sors, ta soeur t'attend.

Mais voilà qu'une envie de me voir t'envahit! Je suis seule avec les enfants ce soir-là et ils sont couchés. On se communique via Facebook avant ton départ puis via texto. Tu t'arrêtes me voir à la maison. Tu passeras par la cour puisque le voisin d'en face est d'une curiosité peu commune. Ma cour donne sur un parc accessible par l'arrière de la maison. Tu arrives, je te guide via texto ou par téléphone. Je ne crois pas connaître le nom des rues avoisinantes mais cette fois-là, mon cerveau est tellement alerte que je les connais toutes et en ordre!

Je te rejoins derrière la haie de cèdres, le gazon est humide, il nous est impossible de nous asseoir. On jase discrètement, je suis en pyjama. Tu mets tes mains dans mes poches de pyjama, tu m'embrasses, je t'enlasse. Je ne veux plus que tu partes. Ta soeur t'attend, elle s'inquiètera si tu ne poursuis pas ta route. D'accord.

On s'embrasse et on s'étreint. On s'embrasse. Et on s'étreint.

Sur la route on jasera famille et de bien d'autres sujets au téléphone et ce, de ton déplacement vers chez ta soeur jusqu'au retour chez toi.

Il est tard, je suis fatiguée mais je passe bien par-dessus. Je flâne au sous-sol, avec toi au bout du fil. Ce n'est pas compliqué, c'est du bonheur. De l'amour aussi.