image

Je savais que ça viendrait. L'été, c'est fait pour ça : des vacances!

Les enfants passent du temps avec les parents, les parents avec les enfants. C'est le moment de se retrouver en famille, passer du bon temps, briser la routine. Je suis un peu inquiète que tu m'oublies ou que tu partes ailleurs même si l'écho du répondeur numéro 2 sait bien me rassurer.

Je tiens à ce que l'on ne perde pas ce lien qui nous lie. N'oublie pas la règle numéro 1 du contrat, s'il te plaît Babe. J'ai envie qu'on se voit quand même. Rassure-moi : "On communiquera tous les jours d'accord?"

Je sais que tu t'ennuies de moi énormément. Tu me le dis parfois. C'est donc naturel qu'on n'ait pas envie de passer une semaine chacun de notre côté.

J'ai pour la première fois ce sentiment d'abandon possible de ta part. Cet éloignement obligé qu'on ne peut pas contrôler. Pourtant, tes paroles sont rassurantes. Je me souviens d'ailleurs que tu m'aies dit que rien ne changera entre nous à moins que mon golfeur ne me charme de nouveau. Et si elle, elle te charmait de nouveau? Ou si l'envie de la charmer te revenait? Aïe! J'ai peur, c'est vrai. Je ne crois pas laisser transparaître cette crainte de risquer de te perdre. Pourtant, tu l'as sans doute ressenti ou tu l'as deviné puisque tes propos rassurants sont justes et bien placés.

Cette semaine que je redoute s'entame. Tous les jours, on se communique via Facebook. Je suis rassurée, surtout, surtout que durant 5 jours d'affilé, on aura eu le loisir de se croiser quelque part, rapidement parfois, en cachette ou à la volée. C'est une semaine de vacances inespérée, elle s'avère la plus belle de mon été jusqu'à maintenant.

Je me souviens particulièrement de ce moment où je t'ai rejoint sur le côté extérieur d´un supermarché alors que l'un de tes enfants t'attendait dans le véhicule. "T'es belle Babybabe, t'es "cut!" me disais-tu en me prenant le bras. "T'es beau Mec!" Mon coeur bat à tout rompre, Il est tellement beau! Son sourire radieux, sa joie de vivre, son énergie sont craquants. Tu as l'air heureux, tu souris tout le temps mon Babe. On s'embrasse, un moment tout spécial pour se prendre dans nos bras, s'enlacer rapidement puis "ciao", on retourne chacun à notre véhicule. C'est bon, ça nous fait du bien.

Durant ces vacances, un membre de ta famille voulant t'emprunter ton téléphone, tu as effacé la photo que tu conservais de nous. Un égoportrait de nous deux, naturels et souriants. Tu m'avouais il y a quelque temps que tu regardais parfois cette photo durant ton travail. Ça nous rapproche. "Tu es belle Babybabe, on va bien ensemble." C'est la seule photo qu'on a de nous et je te la laisse, elle nous appartient et je te la confie. Au final, je regrette de ne pas l'avoir eue sur mon téléphone. Je ne comprends pas pourquoi je n'ai pas tenu à ce que tu me l'envoies, je ne comprends pas! Avec regret: "Tu aurais dû me l'envoyer avant de l'effacer?"

- Tout s'est passé trop vite.

- Oui, je comprends.

Les photos, ce n'est pas important. Ce qui nous importe c'est que nous soyons présents l'un pour l'autre. Cette photo, je la garde en mémoire. Je la vois encore. Je nous vois figés ensemble quand bon me semble.

J'ai aussi quitté le pays quelques jours cet été-là pour me rendre en famille rejoindre ma soeur et sa petite famille. À distance, tous les jours, nous nous rejoignons sur Facebook pour se donner des nouvelles, se dire qu'on s'aime et s'embrasser xxxxXxxxx. Je me retire dans un lieu tranquille avec ma tablette devant le chalet loué près des véhicules garés pour travailler, prendre mes courriels. Pour communiquer avec toi en fait. Je ne peux pas me passer de toi, il n'y a rien de mal à s'écouter.

Tu fais partie de ma vie, je fais partie de la tienne, c'est tout ce qui compte. Les vacances? Nous les avons passées ensemble. Des vacances comme celles où l'on s'est vu 5 jours d'affilé?  J'en voudrais chaque semaine!